10ème après PentecôteLien vers Texte

10ème DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE

Saint Augustin

Ce pharisien disait donc : Je ne suis pas comme certains hommes. Quels sont-ils, ces autres hommes, sinon tous, lui excepté ? "Moi, je suis juste, les autres sont pécheurs ; je ne suis pas comme les autres hommes, injustes, voleurs et adultères." Et voilà que la présence de ce publicain lui donne l'occasion d'un orgueil plus grand encore : "Moi, je suis un homme à part lui, il est comme les autres. Je ne suis pas de son espèce, grâce à mes œuvres de justice qui font que je ne suis pas un pécheur." Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. Que demande-t-il à Dieu ? Cherchez dans ses paroles, vous ne trouverez rien. Il montait soi-disant pour prier : or il ne demande rien à Dieu, il se loue. Ne rien demander à Dieu, mais se louer, c'est évidemment trop peu : insulter en outre celui qui demande, c'est le comble!

Le publicain, lui, se tient à distance et cependant il s'approche de Dieu ; les reproches que lui dicte son cœur marquent la distance, mais son amour le rapproche de Dieu. Le publicain se tient à distance, mais le Seigneur l'écoute de près.

Le Seigneur est élevé, il se penche vers les humbles ; tandis que les grands comme ce pharisien, il les connaît de loin. Oui, Dieu regarde à distance ces gens-là, et il ne leur pardonne pas.

Voyons par contre l'humilité du publicain. Il ne se contente pas de se tenir à distance, il ne lève même pas les yeux vers le ciel. Il n'ose lever les yeux pour qu'on le regarde. Sa conscience l'abaisse, l'espérance le soulève. En outre, il se frappait la poitrine. De lui-même, il réclame son châtiment ; aussi Dieu pardonne-t-il à celui qui avoue. En se frappant la poitrine, il dit : "Seigneur, faites miséricorde au pécheur que je suis. Le voilà, celui qui demande ! quoi d'étonnant, si Dieu pardonne à celui qui s'accuse lui-même ?

(Sermon 115).

Site fondé par Père Guy Barrandon († 15 Octobre 2011)