16ème après PentecôteLien vers Texte

16ème DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE

L'HUMILITÉ

Père Yves RISPAL
19 septembre 1993

Pour comprendre son enseignement, on peut dire qu'il se situe à deux niveaux. Tout d'abord le texte fait apparaître un événement ordinaire dont la scène se représente encore aujourd'hui. Un notable accueille ses invités à la manière orientale étendu sur un sofa. Les convives arrivent les uns après les autres et viennent s'étendre auprès de lui, occupant ainsi les premières places. Jésus n'est pas un juge, il ne vient pas pour condamner, mais pour nous éclairer afin de suivre le chemin de la liberté. La salle du festin est remplie et événement qui constitue une nouveauté va se produire.

Dans le silence qui suit la guérison d'un malade le jour du sabbat, une voix s'élève calme, ferme, sans dureté, mais sans appel. C'est la voix du Fils de Dieu qui enseigne les hommes; voix qui part du milieu de la table pour toucher les âmes et faire de ses auditeurs de vrais fils de Dieu. "lorsque quelqu'un t'invite, ne va pas t'étendre à la première place". Stupéfaction, les réactions ne manqueront pas au fond des coeurs où la leçon jaillit comme un glaive à deux tranchants par toute parole qui sort de la bouche de Dieu. "Quiconque s'élève sera abaissé, quiconque s'abaisse sera élevé".

Poussant son désir de retourner les âmes dans le sens de la vérité libératrice, pour les conduire à une authentique sainteté, Jésus s'adresse au maître de la maison, en personne. Parole sans flatterie ou convention protocolaire, il veut conduire les convives par la force de la charité vers la lumière de la vérité." Quand tu donnes un repas, ne convie ni tes amis, ni ta famille, ni tes riches voisins; mais au contraire, les pauvres, les estropiés, les boiteux, les aveugles ".

Imaginez les pensées et les sentiments qui se bousculent dans la tête et le coeur de ce notable pharisien. "Heureux seras-tu alors de ce qu'ils ne seront pas en mesure de te rendre la politesse; car cela te sera rendu dans les cieux".

La première leçon a retenir de cette lecture, c'est celle du Dieu vivant et vrai qui est pour nous vie éternelle. Jésus désire nous convertir et, selon l'enseignement de St Paul dans l'Epître aux Ephésiens, sa parole est donnée non pour nous endormir ou nous consoler, mais pour nous réveiller, nous purifier et nous faire vivre de sa vie. Dépassons donc le cadre de nos conventions et de nos lois. L'humble charité, écrit St Paul aux Romains, dépasse à elle seule les prophètes et la torah, vivons dans la simplicité de nos âmes. Si l'humilité ne nous guide pas, nous ne progressons pas spirituellement. Si notre charité n'est pas gratuite, elle ne signifie rien. "Mon fils, accomplis toute chose dans l'humilité et tu seras plus qu'un bienfaiteur - plus tu es grand, plus il faut t'abaisser "Sidrac 3, 18. Et le sage d'Israël de conclure "la condition de l'orgueilleux est sans remède, car la racine du mal est plantée en lui". C'est pourquoi Jésus, dans sa sagesse divine, a voulu extirper cette mauvaise racine de nos coeurs, pour les ouvrir à la joie du royaume.

Le deuxième niveau de cet évangile a une portée universelle et éternelle. Jésus ne s'adresse pas à quelques uns. Ses paroles transcendent le temps et nous ouvrent le chemin du ciel.. La lecture qu'il convient de faire n'est plus d'ordre historique, mais eschatologique. Les paroles du Christ ne rapportent pas un événement du passé, mais nous donnent un éclairage sur notre avenir. Oublions le riche notable et ses convives, ici le Maître du festin, c'est Dieu Lui-même. Il ne s'agit plus de nous comporter ici-bas avec civilité, mais d'un éclairage pour faire route vers le royaume de Dieu. "Vous êtes venus vers la montagne de Sion" rappelle l'Epître aux Hébreux, "vers la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, vers l'assemblée des premiers nés dont les noms sont inscrits dans le ciel".

Pour parvenir à la table du Royaume, deux choses sont essentielles

1° s'abaisser par humilité afin d'être exalté au dernier jour.

2° s'adonner, sans mesure à la charité pour avoir part à la résurrections des justes.

La clé de notre joie sur la terre est aussi celle de notre entrée dans le ciel. Ici-bas, l'humilité nous rend libre et la charité heureux. Dans le ciel, l'humilité nous glorifiera et la charité nous comblera.

Jésus ne s'est pas contenté d'enseigner. Le premier il s'est abaissé. Et pour paraphraser St Paul "il s'est anéanti" Ph 2, 11. Jésus-Christ est allé le long des haies et des clôtures pour faire entrer dans le royaume les boiteux et les aveugles que nous sommes afin que la maison de son Père soit remplie. C'est pourquoi, dans ce monastère, au pied de cette table eucharistique nous nous trouvons rassemblés. "Le Béatitude "disait St Jean de la Croix," ne se donne qu'à l'humble amour". Qu'à notre Dieu Trinité soit la gloire dans les siècles des siècles.

Amen !

Site fondé par Père Guy Barrandon († 15 Octobre 2011)