Paroisse SAINTE-GENEVIEVE de Paris et SAINT-GERMAIN d'Auxerre Coordonnées GPS: 48.694506, 2.381235

  • Accueil
  • Calendrier
  • Vie paroissiale
  • Historique
  • Homélies
  • Autres infos

Paroisse SAINTE-GENEVIEVE de Paris
et SAINT-GERMAIN d'Auxerre

Paroisse SAINTE-GENEVIEVE de Paris et SAINT-GERMAIN d'Auxerre

21, rue de la Paix

91260 JUVISY

Renseignements:

Père Jean-François VINCENT
Tél: 06 35 90 01 21

Courriel : jeanfvincent@free.fr

Remarque: sauf exception, les Laudes sont célébrées les dimanches et jours fériés à 10h15 et sont suivies de la Divine Liturgie. En férie, l'office vespéral est célébré à 19h (si indiqué dans le calendrier suivant).

  • Mercredi 01 Mars 2017

    MERCREDI DES CENDRES

    Début des 40 jours de carême

    à 19h rite de pénitence suivi de la Messe des Présanctifiés

  • Dimanche 05 Mars 2017

    QUADRAGESIME

    1er dimanche de carême

    Fête du Triomphe de l'Orthodoxie de la Foi Chrétienne

    laudes suivies de la Divine Liturgie épiscopale (Mgr CASSIEN de Marseille)

  • Dimanche 12 Mars 2017

    2e dimanche de carême

    Quatre-Temps de Printemps : Fête de la Lumière Incréée

    & saint Grégoire Palamas de Thessalonique

    Lectures des vigiles suivies de la Divine Liturgie

    suivie d'entretiens spirituels sur l'Evangile

  • Dimanche 19 Mars 2017

    3e dimanche de carême : OCULI

    Laudes suivies de la Divine Liturgie

    suivie d'Entretiens spirituels sur l'Evangile

  • Dimanche 26 Mars 2017

    4e dimanche de Carême : LAETARE

    Solennité reportée de l'ANNONCIATION

    laudes suivies de la Divine Liturgie

    suivie d'entretiens spirituels sur l'Evangile


  • Photos
  • Videos

La paroisse de Juvisy accueille la paroisse de Saint-Irénée le 25.06.2016


Réception de Saint-Irénée à  la paroisse de Juvisy-sur-orge - 25.06.2016 (00052)

Rencontre de sainte Geneviève avec saint Germain d’Auxerre sous le manteau de la Vierge Marie

Homélie de Pâques de l’Archevêque Jean de San Francisco en 1960 en la Cathédrale Saint Irénée


Christ est ressuscité !


dimanche de la passion

Maintenant le vrai Soleil de Justice, le Christ, est ressuscité, éclairant et illuminant tout par les rayons de Sa lumineuse Résurrection. Le ciel est en liesse, la terre se réjouit, l’univers entier, visible et invisible, est en fête. Et nous rechantons triomphalement le psaume : «Que Dieu se lève et Ses ennemis seront dispersés».

Est-il possible que tous les homme ne soient pas joyeux, lorsque toute la créature participe à cette fête solennelle ? Est-il possible qu’il en reste encore qui luttent contre Dieu ? Mais nous entendons la suite du psaume : «et que ceux qui Le haïssent fuient devant La Face».

Eh oui, le Lumière qui a resplendi du Tombeau n’est pas consolante pour tous ! Certes, «la Lumière du Christ éclaire tous» mais Elle aveugle certains. Elle réjouit les uns et Elle attriste les autres. Le Sang du Christ adoucit les cœurs, mais il en est qu’il peut durcir. Pourquoi donc tous ne sont-ils pas en joie lorsque, à tous sans exception, le Christ annonce la joie ?

Pendant que les uns se délectent de la Lumière du Christ, comme Pierre, sur le Mont Thabor, clamant : «Seigneur, il est bon pour nous d’être ici !», les autres fuient la Lumière comme un feu brûlant. Le Christ n’aurait-il donc souffert que pour quelques-uns ? Par Sa Résurrection, n’aurait-il ouvert que pour quelques-uns les portes de la Vie éternelle et de l’éternelle Joie. Non, Il a souffert pour tous et c’est pour tous qu’Il a ouvert les portes de la Vie éternelle et de l’éternelle Joie. Car, Celui qui est ressuscité aujourd’hui du tombeau a prié Son Père pour ceux qui l’ont crucifié, pour Ses ennemis.

Il les reçoit tous dans Ses bras, Il les embrasse tous, à tous Il ouvre les portes du Paradis. Il nous rassasie tous de Sa Grâce.

Qui donc, alors, peut demeurer Son ennemi ? Celui qui s’attache aux biens de ce monde et ne veut pas y renoncer pour les richesses éternelles et célestes. Celui qui préfère le charnel périssable au spirituel impérissable. Celui qui, aimant passionnément ce qui s’oppose à la Volonté divine -le péché- ne peut même plus supporter une simple allusion à Dieu et à notre devoir envers Lui.

Pour ceux là, le jour lumineux de la Résurrection est un jour obscur. Mais il ne dépend que d’eux que ce jour resplendisse pour eux aussi. Tournons-nous donc de tout notre cœur vers Celui Qui a souffert pour nous et Qui est ressuscité maintenant ; efforçons-nous de prendre conscience que les Dons invisibles qu’Il dispense de son Tombeau vivifiant dépassent ce que le monde visible a de meilleur, et que, même ce qui nous apparaît comme la suprême beauté de cette terre, ne revêt cette beauté que par la Lumière divine.

Au regard de cette Lumière de la Jubilation éternelle, les nuages de la mélancolie et de la tristesse se dissipent, notre âme est comblée d’allégresse, nos maux se font légers, nos épreuves insignifiantes.

Réjouissons-nous donc pour nos défunts car, dans les domaines célestes; ils se délectent déjà de la Lumière du Christ, et ils ressentent, plus abondamment que nous, la puissance vivifiante de ce jour de Pâques.

Plus de crainte devant la mort et le Jugement Dernier ; car la joie pascale est «la prémice» du bonheur infini du Royaume du Christ qui approche.

Venez, tous les fidèles, adorez la Sainte Résurrection du Christ. «Que les pêcheurs disparaissent de la face de la terre, et que les iniques ne soient plus». Adorez le Soleil de Justice et recevez de Lui la richesse de Sa bonté.

Ce Jour que le Seigneur a fait, soyez dans la joie et dans l’allégresse !

Christ est ressuscité !


Homélie de Pâques de l’Archevêque Jean de San Francisco en 1960 en la Cathédrale Saint Irénée

L’Archevêque Jean de San Francisco (1896-1966) ,canonisé en 1994, fut le protecteur de l’Église catholique orthodoxe de France de 1958 à 1966 .

Dimanche de la Passion et de la Divinité du Christ - 5ème dimanche de carême



Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ! Amen !

Lectures

- Ex 7, 1-3
- Jr 26, 1-18
- Heb 9, 11-15
- Jn 8, 45-59

dimanche de la passion

Aujourd'hui l'Eglise nous propose d'accélérer le pas de notre carême, d'intensifier notre effort, d'agrandir notre prière pour pouvoir monter à Jérusalem avec le Christ Notre Seigneur qui va subir Sa Passion et ressusciter.

Est-ce que ce que je viens de dire signifie quelque chose pour vous ?

«Accélérer le pas de notre carême, intensifier notre effort, agrandir notre prière» ?

Certes normalement, chaque année, quelques-uns parmi nous, doivent s’activer en vue de la préparation à cette Sainte Semaine : les choristes répètent les chants, les serviteurs et servantes se préoccupent des ornements liturgiques, quelques autres se préoccupent d'établir le programme des services liturgiques ; enfin il y a beaucoup d'autres détails dont il faut aussi s'occuper. Bref, nous sentons bien, même si nous sommes uniquement comme on dit « simples fidèles », que nous devons nous activer pour cette « mise en scène » liturgique afin que se révèle à notre âme et à notre esprit, et cela un peu plus chaque année, le mystère sublime de cette mort et de cette Résurrection de Notre Seigneur Jésus Christ.

Pourtant, mes amis, cette « mise en scène » dont je parle, n'est pas l'essentiel qui puisse permettre cette révélation.

L'essentiel, vous le savez aussi pourtant, c'est cet effort pour trouver la vraie pénitence.

Je vous l'ai déjà dit et je rabâche : ne nous faisons pas illusion ; sans cet effort de mort à soi-même pour retourner notre âme comme on retourne la terre, nous n'éprouverons pas en vérité la joie de la Résurrection.

L'Eglise dans sa sagesse maternelle prévoit un temps assez long, le même d'ailleurs que celui pour Elie et Moïse et aussi pour le Christ, 40 jours est une période universelle, pour que nous puissions réagir à temps et participer activement dans notre être intérieur et ainsi vibrer au mystère de la Croix et de la Résurrection du Christ.

Certes les préparatifs pour célébrer cette sainte semaine peuvent nous aider à trouver cette attitude intérieure, comme d'ailleurs tous les exercices de carême, le jeûne, le silence, la réconciliation, les lectures à condition de poursuivre ce but du retournement de notre âme et de notre esprit qui alors peuvent être imprégnés du mystère de l'Amour de Dieu, manifesté par Notre Seigneur Jésus Christ.

C'est pourquoi, mes amis, sachez distinguer l'essentiel du secondaire dans l'Eglise.

Distinguer par exemple entre exalter l'image de Dieu en nous et accomplir un service dans l'Eglise. Le Christ ne nous a-t-Il pas appris à nous considérer comme des serviteurs inutiles ?

Mes amis, j'entends quelquefois des inquiétudes au sujet de l'organisation de l'Eglise. Certes, nous avons besoin de cette organisation, de cet ordonnancement. Mais il ne doit pas être vécu comme un poids, une obligation qu'on s'inflige, à fortiori qu'on inflige aux autres et qui peut mener à la culpabilisation des uns sur les autres.

Par exemple, on peut considérer qu'il y en a qui se tournent les pouces alors que d'autres en font trop.

Mes amis, nous ne sommes pas une association commerciale, ni non plus politique, ni rien de ce qui ressemble au monde. Notre base est autre.

Nous n'avons d'autre but que d'être organiquement greffés à Jésus Christ.

C'est donc organiquement que notre service doit s'accomplir. Que personne donc ne juge son frère si par exemple il ne paye pas sa cotisation ou s'il ne passe jamais l’aspirateur dans ces lieux. Il vaut mieux s'exercer à dire de son frère : lui, il prie pour moi, pendant que moi qui n'arrive pas à prier, je balaie.

Il m'est apparu nécessaire de vous dire cela aujourd'hui d'autant que je peux le faire à la lumière du contenu de ce dimanche.

Vous avez bien entendu remarqué que toutes les icônes sont voilées et que les doxologies sont supprimées. Vous le savez, les « doxologies » sont les « gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit ».

Vous savez certainement ce que cela signifie mais quelquefois nous oublions le sens des gestes que nous accomplissons et alors nous nous figeons dans des habitudes que nous ne voulons plus abandonner, j'en ai noté quelques-unes par rapport au chant liturgique, mais aussi par rapport à la gestuelle liturgique et l'ornementation de l'Eglise.

Il y en a de très importants comme par exemple le calendrier grégorien, ou d'anecdotiques comme, par exemple, l'habitude, qu'on a due changer avec quelque effort d'ailleurs, de placer les femmes à droite et les hommes à gauche lors des psalmodies des vêpres et des laudes à Saint Irénée ; à une certaine époque, il y avait sur le côté droit un gros poêle pour chauffer l'Eglise, et les hommes avaient naturellement laissé leur place à droite parce qu'il faisait plus chaud près du poêle !

Pour en revenir au contenu de ce dimanche, nous avons chanté comme antienne du psaume ecclésiastique :

« voilant par Sa chair Sa divinité » ; le voile violet représente donc la chair de l'homme, son humanité.

Mais pourquoi voiler toutes les icônes plutôt que seulement l'icône du Christ? Le Christ est pleinement homme et pleinement Dieu. Il a voilé Sa divinité par Sa chair. Les icônes représentent tous ceux qui ont acquis suffisamment cette divinité, cet Esprit-Saint pendant leur séjour sur terre. C'est pourquoi d'ailleurs, nous les encensons de même que l'icône du Christ ; l'encens, vous le savez, est symboliquement destiné à la divinité. Mais vous le remarquez aussi, l'encensement nous est aussi destiné ; le diacre encense tout le monde car nous sommes nous aussi sur ce chemin de l'acquisition de l'Esprit Saint, c'est à dire de la ressemblance à l'Image de Dieu en nous.

Les icônes sont donc voilées, les paroles liturgiques aussi : c'est à dire les doxologies qui glorifient la divinité des Trois Personnes de la Sainte Trinité de Laquelle est sorti tout en ne la quittant pas, Notre Seigneur Jésus Christ lors de Son Incarnation.

C'est pourquoi nous ne les baisons plus puisque la chair fait écran. Car si nous embrassons les icônes, c’est parce-que nous vénérons les hommes qui y sont représentés en tant qu’ils ont acquis l’Esprit-Saint et ont été reconnus comme tels par tous.

Quel rapport entre ce voile de la chair et la nécessité de distinguer l'essentiel du secondaire dont je vous ai parlé.

Je veux simplement dire qu'il est courant de constater que le voile de la chair alourdit nos rapports et que non seulement nous avons quelquefois une tendance très nette à faire prévaloir le secondaire sur l'essentiel mais aussi dans nos rapports les uns avec les autres. Je m'explique. Au moment de l'épreuve de la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ, Ses apôtres ne vont voir que l'humanité écrasée de leur admirable Maître ; ils vont être incapables de garder présent à l'esprit Son enseignement si lumineux et bouleversant où Il leur a parlé de Sa filiation divine.

Cette proximité du Christ avec les hommes et en particulier Ses apôtres, on pourrait même dire cette familiarité entre eux a empêché les disciples de voir de façon permanente et inébranlable par les yeux de la foi que ce Maître Jésus qu'ils côtoyaient était vraiment le Fils de Dieu.

Mes amis, combien cela est humain !

C'est pourquoi le Christ prend à son compte mais aussi à regret ce dicton: « nul n'est prophète en son pays».

Nous nous côtoyons dans l'Eglise et nous nous disons frères les uns les autres et nous nous embrassons au Nom du Christ. Pourquoi ? Parce que nous sommes censés nous voir les uns les autres dans notre vocation chrétienne !  C'est à dire divine ! Nous voir dans notre filiation divine ! Nous sommes tous censés être en marche vers ce but de l'acquisition du Saint Esprit : c'est pourquoi nous pouvons tous nous embrasser en saluant, je dirai même : en vénérant ce qui est déjà accompli en nous !

Certes nous pouvons également nous embrasser parce que nous nous aimons vraiment, mais cet amour, s'il a pu naître, s'est fait grâce à Jésus Christ.

Si nous pouvions avoir toujours cette conscience de cette présence de Dieu en l'autre, combien nos petites histoires nous paraîtraient moins graves que nous le pensions, pour ne pas dire dérisoires.

Voir Dieu en toutes choses et en chacun est un exercice de purification du coeur. Voir cette puissance régénératrice en tout sans tomber dans l'angélisme, c'est aussi voir la grandeur de chacun. Cette formidable force de résurrection en l'homme, n'est-ce pas déjà la certitude de cette présence divine ?

Nous pouvons nous exercer à cultiver ce regard malgré les apparences de la chair. Comme le fait aujourd'hui l'Eglise, admirable pédagogue : nous voilons les icônes et les paroles liturgiques en supprimant les doxologies et pourtant  l’Eglise exalte dans les textes proposés tout ce qui concerne la divinité du Christ : c’est pourquoi ce dimanche est appelé à la fois dimanche de la Passion et aussi dimanche de la Divinité du Christ.

Il suffit d'écouter attentivement tous les textes du jour :

les antiennes disent ceci en rapport d'ailleurs avec l'Evangile :

 « Avant qu'Abraham fût Je suis. » ;

le psaume ecclésiastique :

 « Je suis tout entier dans le Père, l'Esprit est tout entier en Moi » ;

la collecte : « Verbe pré-éternel, Dieu de Dieu, avant que le monde soit, Tu es éternellement »

et aussi : « allant vers Ta Passion volontaire Tu proclames Ta Divinité »

Mes amis, c'est parce que Sa Passion est volontaire que nous pouvons croire en Sa Divinité.

Qu'Il soit glorifié Lui Notre Seigneur Jésus-Christ avec le Père et le Saint Esprit dans les siècles des siècles !

Amen !

+ Jean-François Vincent


Pas d'informations pour le moment.

Site fondé par Père Guy Barrandon († 15 Octobre 2011)