'Le chemin de la vie' et 'La destinée de l'âme après la mort'


Livre "Le chemin de la vie" et "La destinée de l'âme après la mort" au format .pdf

Livre "Le chemin de la vie" et "La destinée de l'âme après la mort" au format texte

[ Ouvrir la page complète ]

Le chemin de la vie

HOMÉLIE DE MONSEIGNEUR JEAN DE SAINT-DENIS



La destinée de l'âme après la mort

PAROLES DE CHRISTOPHORE A L'HUMBLE THÉOPHILIA


EDITIONS PRÉSENCE ORTHODOXE

Collection «VIE SPIRITUELLE»

«-Christ est ma Vie et la mort m’est un gain».
(Philippiens 1/21)

LE CHEMIN DE LA VIE

A la lumière de l'évangile je parlerai de la conversion ou pénitence, du changement de l'âme de l'être humain, de l'homme lorsqu'il s'approche du Christ. Et je baserai mes paroles sur la réponse de Jésus aux disciples de Jean. Que leur dit notre Seigneur ? :

«Allez raconter à Jean ce que vous entendez et voyez : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne parole est annoncée aux pauvres».

(Matthieu 11/2-6)

Voilà les six étapes, les six marches de la conversion d'une âme, mais chacune de ces marches présente aussi la possibilité d'une chute : «Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute», dit le Christ.

L'expérience de notre vie nous montre que l'approche du Christ com¬porte ces épreuves et pour les gens qui nous entourent, et pour les peuples, et pour les civilisations autant que pour notre propre âme. Combien ne parviennent pas à traverser les six étapes, se scandalisant sur la route, trébuchant sur la première marche, les autres sur la seconde, les troisièmes sur les marches suivantes.

Oui, six étapes jusqu'à ce que l'âme arrive à se changer, se transformer, devenir messagère de la «Bonne Nouvelle aux pauvres», six étapes

comme les six jours de la création: car il s'agit bien, en effet, d'une re-création, d'un renouveau, d'une «nouvelle naissance».

«Les aveugles voient», c'est la première étape que l'Église nomme le catéchuménat. L'humanité débute par l'écoute de l'enseignement de l'Église, la lointaine perception de la lumière sur un tel mystère qui lui était caché jusque là. Le premier cercle est l'enseignement, l'ouver¬ture de la vue intellectuelle, du cœur, de l'âme, mais même cette étape n'est pas franchie immédiatement et sans secousse. Lorsque l'apôtre Pau! voit la lumière, ses yeux s'ouvrent sur Dieu, tandis que ses yeux physiques perdent la vue.

Ne voyons-nous pas l'aveugle sur les paupières duquel le Christ dépose un peu de salive recouvrer la vue progressivement ? Ainsi l'âme s'ouvre progressivement à la vision spirituelle. Pensez-vous que trouver la lumière est déjà la conversion ? Oh non ! l'occasion de chute n'est pas loin : car la deuxième étape approche.

«Les boiteux marchent» : en effet, la création nouvelle exige le dépas¬sement de l'état d'un homme qui boite. Vous boitez, vous hésitez, vous n'êtes ni païen, ni chrétien, vous jetez un regard en arrière. Un saint Pierre hésite sur la manière d'agir envers les païens et envers les hébreux; il hésite à renoncer à la circoncision, et c'est saint Paul qui est contraint de s'opposer à lui, de le pousser à dépasser circoncision et incircon¬cision. Si l'intellect a compris, le comportement dans la vie peut n'avoir pas changé. La deuxième étape, pour certains, peut durer longtemps. Il y a une résistance à vaincre et rien ne marche droit. Nous avons vu, nous avons été éclairés, illuminés, mais l'être total n'a pas changé; nous boitons et nous hésitons, nous risquons d'abandonner la première lumière qui nous fut donnée peu à peu. La lumière n'est pas perdue, mais abandonnée, trahie, quittée.

Enfin, la bonne volonté survient, l'hésitation est brisée; la première étape nous a faits «enfants de lumière», la seconde enfants de l'Église. Le Christ nousappelle : «Suivez-Moi». Nous Le suivons, nous marchons, nous n'hésitons plus, nous agissons conformément à l'illumination.

Alors, arrive la troisième étape : le péché se découvre. C'est la lèpre. Nous la discernons chez les autres, dans la communauté, elle se révèle à nous dans l'Église elle-même, et en nous-mêmes. A cet instant, nous pouvons tomber et partir, parce que nous ne supportons pas la lèpre de l'Église, du prochain et de nous-mêmes. Bien qu'engagés, il nous est possible, cependant, d'abandonner par découragement; il semble que la purification soit impossible. Ceux qui persévèrent quittent alors le monde, non pour le laisser, mais pour se retirer dans le désert et implorer la purification.

C'est lorsque nous sommes purifiés, que nous n'éprouvons plus le trouble de la lèpre, du péché du monde et de nous-mêmes, que s'élève la possibilité d'entendre la parole du Verbe. La quatrième étape ou épreuve réside en ce qu'après avoir surmonté les trois premières, il nous faut devenir sourds, indifférents au monde; ne plus être dispersés, distraits et savoir prêter l'oreille à la Parole.

La cinquième étape ? «Les morts ressuscitent».

Permettez-moi de m'arrêter aux quatre premières étapes qui donnent déjà matière à pensée et à réflexion sur les autres et sur nous-mêmes. Ne nous pressons pas de définir et de juger, considérons les épreuves et les chutes qui se présentent à chacun de nos pas, tenons compte des conversions progressives, soyons patients avec les autres et attentifs sur nous-mêmes.

Tout en prêchant «à temps et à contre-temps», sachons bien distinguer les étapes les unes des autres; ne nous scandalisons jamais, avançons pas à pas sur notre propre route, montons avec confiance le chemin qui nous conduit vers le Christ «notre Vie».

Et la sixième étape qui s'enfonce dans l'invisible nous rapprochera encore davantage du Dieu incarné à Qui la gloire aux siècles des siècles. Amen !

Evêque Jean de Saint-Denis

5 Décembre 1954

DESTINÉE DE L’AME
APRES LA MORT

Un homme de prière, dont le cœur pendant sa vie terrestre fut rempli du Nom de Jésus, a voulu, après avoir quitté ce monde à l’appel du Christ, dévoiler à une moniale, pour notre édification, la vie de l’âme au -delà de la mort.

Nous pensons que ces paroles, venues de l’invisible, pourront aider les croyants à prendre conscience que notre pèlerinage ne s’achève pas ici-bas, qu’il continue et que nos vies, l’une unie au corps, l’autre séparée de lui, ne sont que des étapes vers la vie éternelle et la résur¬rection universelle.

Ainsi parla Christophore
à l’humble Théophilia :

Pour pénétrer dans le mystère de la vie céleste, il faut se dégager des «soucis» de la terre et ne pas être conditionné par eux.

Quand l'esprit est libre des liens terrestres, les portes des Cieux s'ouvrent devant lui.

*

Au moment de ma mort, c'est l'Ange gardien que j'ai vu le premier. Il m'a souri...

Il m'a aidé à comprendre mon nouvel état...

Il m'a guidé dans les sphères vers Jésus. C'est notre meilleur ami.

*

Nous avons ici une grande activité spirituelle. A tous ceux qui aiment Dieu, Il confie une mission spéciale pour accélérer la transfiguration du monde.

Chacun a une tâche différente, toujours au Nom du Christ.

*

Quelle joie, quel indicible bonheur attendent dans l'Au-delà l'esprit qui connut sur la Terre les élans de l'intelligence et de l'âme !

Revêtu de sa nouvelle nature, il contemple la sagesse, la puissance et la bonté

du Créateur...

Ce qu'il a cherché sur Terre, lui est dévoilé dans la vie du Ciel.

*

Lorsque vous arriverez ici, vous serez recueillis par l'amour de Dieu...

Vous tous qui avez peur de la mort, rejetez votre crainte : c'est le Christ Lui-même Qui nous attend dans l'Au-delà.

*

Dans la sphère où je suis maintenant, toute notre joie, tous nos efforts tendent à l'avancement du Royaume de Dieu, au triomphe de l'Amour.

*

Si vous voulez comprendre la vie de l'Au-delá, pénétrez dans le centre même de ce qui vous entoure, de ce qui vous arrive, de ce que vous voyez.

*

Lis et étudie attentivement les paroles de saint Séraphin de Sarov. Dans sa transfiguration devant Motovilov, il a ouvert le mystère de la vie de l'Au-delà...

Car ici, le sentiment et la pensée se traduisent par une vibration de couleur, par un parfum et par un son.

Nous n'avons plus besoin de «parler». Chaque esprit (homme désin¬carné) sécrète ses vibrations, visibles à tous.

Nous ne pouvons plus mentir, car notre corps spirituel reflète tout ce qui se passe en nous.

Nos pensées, nos sentiments, nos passions vibrent par des couleurs.

La couleur de chacun est le signe de son évolution.

Plus nous nous élevons, plus la splendeur de rayonnement devient lumineuse...

Quand Jésus passe parmi nous, notre adoration, notre amour pour Lui, retentit dans l'Au-delà comme une symphonie et resplendit comme un arc-en-ciel.

*

La signification de nos «noms» que nous portons sur terre, nous la comprenons ici seulement, dans toute sa plénitude.

*

Les forces bénéfiques, les énergies divines vous entourent... PRIEZ ! C'est la prière qui les attire vers vous.

*

Nous vivons ici dans la joie, dans la tendresse mutuelle, sans jalousie... avec un profond respect pour chacun...

C'est ici l'Église éternelle.

*

Il y a en ce moment une grande lutte sur la Terre entre le mal et le bien. Pour aider les Anges de Lumière, il faut vaincre le principe du mal EN VOUS et autour de vous.

*

Depuis le jour où le Christ est ressuscité, la crainte de la mort est anéantie.

Avancez donc joyeusement vers la mort de votre corps, car vous marchez à la rencontre du Seigneur.

*

PRIEZ beaucoup...

Les Saints, qui sont nos maîtres ici, disent : l'Amour de Dieu triomphera dans l'univers par la prière.

*

Que faire ? Comment se préparer pour la vie au Ciel ? Par des efforts de chaque instant vers l'amour de Dieu et du prochain.

Ici, tout est inondé par la lumière de l'Amour...

Sous cette lumière tout rayonne, tout se transforme...

Cette lumière c'est le Christ !...

Il nous parle un langage approprié à l'état de l'âme de chacun. On ne peut pas Le décrire. Chacun Le voit autrement. Mais à vous tous, qui êtes encore sur Terre, je crie d'une voix forte : Jésus, Fils du Dieu Vivant, vient réellement et personnellement au milieu de nous...

C'est notre plus grande joie ici...

*

Nous sommes ici dans un constant progrès vers la Lumière. Nous ne sommes pas encore glorifiés, mais purifiés...

Cette pureté nous rend joyeux et infiniment heureux, car grâce à elle nous pouvons contempler Dieu. Et c'est Dieu Lui-même Qui nous attire comme un aimant irrésistible.

*

Nous pouvons voir l'univers entier. C'est une merveille !...

Dieu a déposé la vie dans toutes les parcelles de la création. Tout évolue sans cesse. Tout sera transfiguré. Et nous, les fils de Dieu, nous sommes DES ROIS de cette création de Dieu. Avec une joie immense, nous contemplons cette marche de chaque poussière que Dieu a créée, vers son but glorieux — la transfiguration du monde entier.

*

Toutes vos pensées nous sont visibles, car elles ne disparaissent pas, elles continuent leur vie. Nous les voyons agir. Les pensées orgueilleuses, égoïstes, lourdes et méchantes, peuplent les sphères inférieures de l'Au- delà et nourissent les mauvais esprits. Tandis que les pensées pures, élevées et créatrices, qui montent de la Terre, remplissent notre sphère comme d'une lumière. Elles nous aident à sauver les âmes égarées et à transfigurer le monde avec le Christ.

*

N'attendez pas la vie éternelle, car vous la possédez déjà. Le «Souffle de Dieu» qui est en vous, vous procure l'éternité. Tout ce qui vient de Dieu est éternel. C'est LUI Qui fait en vous l'éternité.

*

Les causes du bonheur du Ciel se trouvent dans le détachement, que vous devez réaliser sur la Terre. Détachement de tout ce qui ne sert pas au but unique et essentiel : la rencontre avec Dieu. Pour atteindre ce but glorieux, détachez-vous de tout ce qui est secondaire, dépouillez votre âme des choses inutiles. N'hésitez devant aucun renoncement au Nom du Christ...

Et vous arriverez jusqu'à Dieu.

*

Etant sur la Terre, vous ne pouvez «comprendre» Dieu et Le «saisir»...

C'est ici seulement que, libérés de la chair, nous recevons progressi¬vement la révélation ineffable sur la nature de Dieu.

Les choses matérielles tiennent trop de place dans votre vie. Il faut supprimer tout ce qui n'est pas indispensable ou nécessaire à la vie. Autrement, vous souffrirez en arrivant ici. Car vous verrez tout ce temps que vous avez gaspillé à des choses inutiles, tandis qu'il y avait des trésors véritables à exploiter.

*

La prière occupe une grande partie de notre activité céleste.

Tous les moindres détails de votre vie quotidienne sont importants : ce sont les semences dont vous verrez les fruits ici. Si vous connaissiez toute la gravité de la vie sur la Terre !...

*

Ne craignez pas les épreuves et la souffrance...

Chaque blessure, chaque peine, chaque larme vous dégage de la matière, vous pousse vers la Lumière, vous prépare à la vie de l'Au-delà.

*

Il y a d'autres mondes créés par Dieu. Les races qui les habitent sont différentes de la nôtre et leur évolution beaucoup plus grande. Le Royaume de Dieu est vraiment splendide !...

*

Ici nous comprenons le «pourquoi» de tous les événements et de toutes les épreuves passées...

C'est pourquoi en tout ce qui vous arrive sur terre, dites dans votre âme : «Voici la chose que Dieu a voulue pour mon bien...». Prends chaque épreuve comme la Main divine elle-même. Et ton bonheur au Ciel sera grand.

*

Il est en nous d'ineffables possibilités...

Par la prière, par la lutte quotidienne avec vos passions, par la puri¬fication de tout votre être, animez en vous cette force latente...

A chaque moment renouvelez l'image de Dieu, qui est comme un sceau royal en vous. Ne l'atrophiez pas par la routine et par l'oubli de votre origine céleste.

Vous pouvez vivre sur la Terre comme au Ciel. Et votre «passage» après la mort sera alors comme un réveil au matin ensoleille.

*

Soyez prudents, mes bien-aimés..

Ici nous voyons le mystère de la réaction des pensées des uns sur les autres.

Ce mystère est caché sur la Terre...

Mais ici nous voyons toute l'importance de «la garde des pensées». Car la pensée est une puissance qui peut tuer ou guérir ou ressusciter nos frères.

Si vous aviez une confiance infinie dans l'Amour du Christ pour vous, vous seriez joyeux, toujours joyeux... quoi qu'il vous arrive...

Comme nous le sommes ici — heureux comme des enfants.

*

Priez beaucoup, car la guerre sainte entre les esprits de Lumière et des ténèbres est grande sur la Terre et au Ciel. La prière est votre arme, puissante et unique.

*

Ne vous étonnez pas des innombrables épines et des blessures profondes que vous recevez sur votre chemin vers Dieu : le malin s'acharne contre les âmes qui appartiennent au Christ. Mais chacune de vos victoires au Nom de Jésus blesse à mort votre adversaire et vous prépare un avenir glorieux dans l'Au-delà.

*

Dans la sphère où je suis à présent, on nous apprend l'hymne du SILENCE...

C'est une force insoupçonnée sur la Terre. 0 mes amis !... apprenez la grandeur du silence et du recueillement...

C'est une cuirasse contre l'agitation du monde, une nourriture céleste.

Consacrez-lui un peu de temps dans votre journée et vous reconstituerez vos forces spirituelles. Le silence est une prière muette, un hymne d'amour de Dieu. La vue du Ciel est remplie de silence créateur. Nous le «buvons» par tout notre être.

Pour que votre passage dans l'Au-delà ne soit pas difficile, n'agissez jamais par esprit de rancune, de colère, de jalousie ou d'amour-propre blessé...

Car ces sentiments fortifient les esprits mauvais qui sont dans les airs. Au moment redoutable de votre passage dans l'autre monde, vous aurez des ennuis avec eux. A Toutes les attaques du monde et de l'ennemi, répondez par l'Amour, par la prière...

Et les Anges vous serviront sur la Terre comme au Ciel.

*

Pour que votre vie soit grande et utile n'oubliez jamais que vous êtes «collaborateurs» de Dieu. Nous qui sommes ici, nous vous attendons pour continuer ensemble la moisson que vous avez commencée sur terre au Nom du Christ. Notre but commun : le triomphe de l'Amour. Votre passage sur la terre en est l'examen. Triomphez du mal, des passions, du sommeil de l'âme, de la souffrance, de la mort même — par l'amour. C'est votre arme unique.

*

Nous voyons d'ici que lorsque vous priez, vos âmes ressemblent à des flambeaux qui réchauffent, éclairent et rayonnent sur tout ce qui les entoure.

*

Nous avons, dans nos sphères, des temples splendides dont je ne puis vous décrire la beauté car elle dépasse votre compréhension...

Nous avons des offices, des chants, la communion. Indescriptible !...

Chaque esprit (homme désincarné) a sa prière personnelle, selon son état d'évolution. Mais la communion en l'Amour de Dieu nous unit tous.

Souvent aussi, nous venons prier avec vous dans les églises terrestres.

*

Une des joies pures de nos sphères est l'ordre et la discipline de notre vie.

L'Amour de Dieu dicte cette discipline céleste.

*

Ne perdez pas de temps, mes amis...

Tissez votre corps céleste par un effort persévérant.

J'ai compris, ici seulement, l'importance de notre vie terrestre...

Car tout ce que j'ai laissé inachevé sur terre : mes élans, mes bonnes intentions, mon travail spirituel étaient une richesse diminuée lorsque je suis arrivé dans l'Au-delà.

*

Je vois aussi que chacune de mes paroles prononcées sur terre, était une semence pour le mal ou pour le bien. Nous ramassons ici les fruits de tout ce qui fut «prononcé» sur terre.

*

Vous oubliez si facilement que vous êtes des «rois et des prêtres» de Dieu.

Pensez-y toujours et vous serez joyeux et heureux comme des Anges, comme nous ici...

Ecartez à chaque instant, retranchez, renoncez à ce qui encombre votre âme.

*

Notre joie immense, ici, est de servir le Christ, de travailler à l'avance¬ment de Son Règne, mais ce n'est pas nous qui agissons. Nous sommes des rayons du Christ. C'est Lui Qui Se sert de nous...

Parce que nous L'aimons... nous L'adorons...

Et nous Le suivons partout.

Ce n'est que depuis mon séjour dans l'Au-delà que j'ai compris l'ineffable solidarité des hommes sur la Terre et dans le Ciel. Dans la guerre redoutable entre le malin et les enfants de Lumière, chaque effort, chaque victoire, chaque sacrifice de chaque Chrétien a sa valeur. Rien n'est perdu. Et le triomphe de l'Amour de Dieu dépend de chacun de nous.

*

Nous contemplons ici l'incompréhensible Bonté divine. Car Dieu, Inconcevable en Son Immensité infinie. Se souvient de la plus petite poussière de la Terre.

*

L'Importance de la volonté.

La volonté est ce par quoi nous ressemblons à Dieu. Nos dons, nos facultés, nos richesses intérieures s'épanouissent sous l'influence de la volonté. La volonté, ce don du Créateur, est notre bien durant l'éternité.

*

Ici, nous servons Dieu, nous L'aimons, nous Lui obéissons, parce que nous le voulons.

Pendant que vous êtes sur terre, mettez toute votre volonté à l'ense¬mencement de la vie céleste.

«De notre sphère, nous regardons et nous voyons comment l'esprit malin attaque les habitants de la Terre. Par une inertie mortelle, un sommeil de l'âme. Comment vaincre ce poison ténébreux ?...

Par un effort d'amour,

Par un geste d'amour,

Par une parole d'amour.

Pour traverser, après votre mort, les sphères inférieures et être heureux dans l'Au-delà, il faut passer, étant encore sur terre, par la purification de tout votre être. Il faut que vous sachiez votre pauvreté sans Dieu.

Si vous saviez comme le Christ vous aime !...

Son amour fait de nos sphères le pays de la joie immense et du désir de la perfection.

Perfection lumineuse...

La soif de Dieu nous pousse vers la perfection, mais il faut y aspirer dès la vie terrestre. Le moyen pour y parvenir est le repentir et l'humilité. Si vous connaissiez la puissance, la joie, la force créatrice de la pénitence...

Quand nos âmes se repentent. Dieu efface, détruit tous nos péchés.

*

Je ne puis vous donner d'autres enseignements sur la vie de l'Au-delà, car ils sont destinés à notre vie dans les sphères célestes.

Vous les connaîtrez lorsque vous arriverez ici. Tout ce qui est nécessaire à votre évolution sur terre est contenu dans l'Évangile. Si vous assimilez sa doctrine, si vous la «mangez», votre séjour dans l'Au-delà sera pénétré de bonheur et d'indicibles révélations nouvelles.

25 février 1963

Site fondé par Père Guy Barrandon († 15 Octobre 2011)