Paroisse LA TRINITÉ SAINT-CLAIR Coordonnées GPS: 47.260683, -1.570394

  • Accueil
  • Calendrier
  • Vie Paroissiale
  • Historique
  • Autres infos

Paroisse LA TRINITÉ SAINT-CLAIR

Paroisse LA TRINITÉ SAINT-CLAIR
63, rue Stendhal
44300 NANTES
Tél : 02 40 40 29 97


Renseignements:
Père Martin de LA ROCHEBROCHARD
Tél : 02 40 40 29 97

En l’année 2015, la vie de la paroisse St Clair sous le vocable de la Divine Trinité Le centre, comme en chaque paroisse de l’E.C.O.F., en est la vie LITURGIQUE.
Ainsi, la Divine Liturgie est célébrée chaque dimanche (10h30 Laudes, puis célébration) suivies parfois d’agapes ainsi que les Mercredi et Vendredi à 11h.

Le recteur actuel, du fait de sa consécration à l’état monastique, y célèbre l’Office des Heures, des Matines à Complies, dans l’église même ou dans son habitation selon l’état de sa santé.
Il répond aux appels qui lui parviennent en matière de bénédiction de maisons, exorcismes, …

Quant à l’église elle-même, de taille et de matériaux modestes, elle se prête admirablement à la prière en assemblée comme à la vie privée du fait de la grande richesse des symboles qu’elle abrite. Peuplée d’icônes et fresquée par sa Déisis, elle met le Trésor de la Foi à la portée de quiconque a cette quête.


  • Pas d'évènements ce mois-ci.


    Vous pouvez néanmoins consulter les évènements des mois à venir dans le calendrier de gauche.



  • Nous vous tiendrons au courant des prochains évènements dés que possible.


Chapelle la Trinité Saint Clair

Chapelle la Trinité Saint Clair


La chapelle vue de l'exterieur

Le chœur et la lecture de l’Evangile

Le choeur



La lecture de l'Evangile

L'immolatio

Processions des rameaux

le chœur


Origine de l’EGLISE CATHOLIQUE ORTHODOXE DE France

Historique de la naissance de la paroisse et de la construction de l’église


Janvier 1974 : Un nantais Maurice-Xavier STOCKER se rendait à l’EGLISE ORTHODOXE DE France à RENNES pour assister à la Liturgie. Il y rencontre le Diacre jean LORIN qui habitait aussi à Nantes.

Le Diacre Jean LORIN disposait d’un appartement à Nantes qu’il a mis à disposition d’un Prêtre de Paris, le Père jean-René. La première Liturgie a été célébrée le 15 Août 1974.

Monsieur et Madame LORIN ont fait l’acquisition de la maison 63 rue Stendhal qui disposait d’un garage attenant. Celui-ci a été aménagé en Chapelle provisoire pour y célébrer la Liturgie à laquelle participaient des catholiques de quartier.

Le 10 Octobre 1975, le Diacre Jean LORIN a été ordonné Prêtre par notre Evêque actuel Monseigneur GERMAIN.

La fréquentation des liturgies se confirmant, le Père jean LORIN décidé en 1974 de supprimer le garage et d’entreprendre la construction de l’Eglise actuelle. Les travaux ont été réalisés en hiver 1984-1985 dans sa structure actuelle avecla sacristie, le baptistère, le chauffage. La finition de la Fresque s’est achevée la veille de la fête de la Pentecôte. Bénédiction et première Célébration en cette fête de Pentecôte.

Depuis, quelques améliorations ont été apportées notamment les revêtements muraux en lambris, l’acquisition d’Icônes.

Voilà brièvement les étapes de la construction de l’édifice de la Paroisse.


Historique de la vie paroissiale

Le Père Jean LORIN a quitté sa fonction en Janvier 2001.

Le 31 Mars 2001, Monseigneur Germain a nommé le Père Francis DESMARAIS Recteur de la Paroisse. Le Père d’origine Américaine a rencontré des difficultés à s’intégrer dans notre Eglise. Le 16 octobre 2005, il a quitté l’Eglise Catholique Orthodoxe de France.

Le Père Frédéric FAURE a été nommé le 16 Octobre 2005. Il habite une petite communauté dans le Nord de la Vendée. L’absence de résidence sur place s’est traduite par une maison fermée et une église ouverte seulement 2 fois par mois.

Et maintenant nous avons accueilli le Père Martin qui était disponible et qui réside sur place, ce qui facilité les rencontres avec un prêtre et permet d’augmenter le nombre d’offices liturgiques.


Vie de Saint Clair

saint clair

Saint Clair

SAINT CLAIR DE NANTES

Commémoré le 10 Octobre

Saint Clair - Clarus - est le premier évêque connu de Nantes et de St.Brieuc. Il vit et œuvre au IIIe, peut-être même au début du IVe siècle. L’Empire Romain, dès l’an 190 glisse vers une décadence qui aboutit à l’anarchie. L’empereur Valérien prend le pouvoir en 253. Son règne a été précédé en 251 par une violente persécution des chrétiens qu’il reprend en 258. En 260 son fils Gallien lui succède. Il s’agit là de vaillants empereurs- soldats cependant ils ne purent empêcher l’effondrement des frontières. Une réorganisation administrative profonde est imposée par Dioclétien, seulement à partir de 293 - ce qui sauve l’unité de l’Empire - tandis que sur les instigations du co-empereur Maximien (250-310), une des plus féroce persécution des chrétiens est déclenchée à Pâques de l’an 303. N’oublions pas que les chrétiens sont persécutés dès l’annonce de « la Bonne Nouvelle ». Il est permis de dire que le troisième siècle - à ce point de vue - irradie de la gloire des témoins du Christ ! Sur le seul sol de la France actuelle, on citera les martyrs de Besançon : saint Ferréol et saint Ferjeux en 212, l’évêque Antide en 265; de même saint Pons de Cimièz en 258, Saint Privât, évêque de Mende en 260 ; Cassien, Anatolien et Austremoine à Clermont en 264 ; sainte Colombe - décapitée près de Sens en 273 ; saint Sabinien suplicié en la ville de Troyes en 275 ; puis en 286 sainte Reine à Alésia, saint Piat avec ses compagnons à Tournai. L’année suivante se déroule à Agaune, la terrifiante tuerie de saint Maurice et de ses 6600 légionnaires , massacre précédé par celui de Trèves où furent exécutés Palmace et ses combattants. A Marseille s’échelonnent en 290 les exploits des martyrs Hermès, Adrien et Victor le Grand . Ne pas oublier que dans le Nord - en 294 - ce sont saint Quentin, puis saint Eubert, l’apôtre de Lille, qui remportent la couronne ainsi que les héros de Nantes : les saints Donatien et Rogatien (peut-être contemporains de St. Clair) qui préférèrent mourir que de renier leur Foi.

Il y en a d’autres bien sûr, connus et inconnus, mais ces quelques noms illustrent les circonstances, les dangers auxquelles saint Clair est exposé en tant que chrétien et évêque. La cité où il siège, le Portus Namnetum, est importante dès la conquête de la Gaule par les Romains autour de l’An 55 av/J.C. Elle deviendra rapidement la Civitas Namnetum, ce qui prouve la considération dont jouit ce lieu situé sur l’embouchure du Liger (la Loire), d’où se déploie le trafic aussi bien avec la Britannia et l'Hibernie, qu’avec les régions à l’intérieur des terres que traverse ce grand fleuve. Saint Clair n’est pas nommé « martyr » mais sa mémoire perdure. Etait-il avant tout un homme de prière, un ascète ? Un homme d’action ? Très probablement, car le fait qu’il soit cité comme évêque de St.Brieuc, qu’il mourut à Réguiny, prouve qu’il circulait autant que d’autres évêques des premiers siècles l’ont fait. Le message chrétien était conquérant          

Octobre 2006

 

QUELQUES NOTES SUPPLEMENTAIRES CONCERNANT SAINT CLAIR PREMIER EVEQUE DE NANTES

REGUINY, traditionnellement désigné comme lieu du décès de l’Evêque saint Clair, existe toujours. Il est intégré au Diocèse actuel de Vannes.

Saint Clair y fut enterré. Ses restes mortels y demeurèrent plusieurs siècles puis - probablement à la suite de demandes répétées des habitants - transférés à Nantes. Lorsque les Normands commencèrent à envahir et à ravager la Bretagne, ces reliques furent mises à l’abri et déposées à l’abbaye de Saint Aubin à Angers en 878 où elles demeurent jusqu’à la Révolution.

L’Eglise de Nantes possédait son crâne.... L’église paroissiale de Réguiny qui lui est dédiée, devrait encore disposer de quelques restes, ainsi que la Chapelle du cimetière construite jadis pour abriter son tombeau.

Pour constater la réalité actuelle - ne serait-il pas souhaitable de se rendre en pèlerinage en ces divers endroits ?





Pas d'informations pour le moment.

Site fondé par Père Guy Barrandon († 15 Octobre 2011)