Stages
  • Présentation
  • Informations pratiques
  • Stage 2013
  • Stage 2014
  • Stage 2016
eglise saint antoine l'abbaye

Stage de chant liturgique
à la communauté de l'Arche, 38160  Saint-Antoine-l'Abbaye

L'association « Saint-Germain de Paris » a pour but la promotion et la diffusion du chant orthodoxe en langue française.

Concrètement, elle remplit plusieurs missions : 

  • - l'édition et la diffusion des partitions liturgiques ;
  • - la réalisation et la diffusion d'enregistrements (CD) ;
  • - l'enseignement du chant liturgique à travers des stages de chant ;
  • - l'édition et la diffusion d’outils pédagogiques (cassettes de voix par voix).

Tous les ans, et depuis 1977, l'association organise un stage d'apprentissage du chant liturgique. Ce stage qui a lieu, depuis plusieurs années à Saint-Antoine l’Abbaye, se déroule dans la deuxième quinzaine du mois d’août, et dure une semaine. Il est ouvert à tous.


Ont été étudiés au fil des années :

  • - la liturgie selon saint Germain de Paris ;
  • - l’office divin, la liturgie des heures ;
  • - le temps de Noël ;
  • - la Semaine Sainte et Pâques ;
  • - les sacrements ;
  • - les huit tons grégoriens ;
  • - le chant au service de la parole.

Hébergement

L’hébergement a lieu à la « Communauté de l'Arche » (38160 – Saint-Antoine-l'Abbaye).

La capacité d'accueil de la Communauté de l'Arche est d'environ 80 personnes en chambres de 2 à 5 lits avec sanitaires communs.

L'Arche accepte les chèques vacances.

Si vous ne venez pas en couple ou en famille, nous vous demandons de préciser vos affinités pour le partage des chambres. Donnez-nous des indications précises afin que nous puissions vous loger dans les meilleures conditions au mieux de vos souhaits (étage, etc.).

Ceux qui désirent une chambre seule sont priés de s'inscrire le plus tôt possible (nombre limité).

La cuisine est variée et exclusivement végétarienne.

Les enfants de plus de 3  ans peuvent être pris en charge pendant les heures de travail par des gardes d'enfants, mais nous regrettons de ne pouvoir assurer la garde des tout-petits. Pour faciliter l'organisation de la garde des enfants, nous avons besoin de connaître le nombre d'enfants accompagnant les stagiaires avant le 1er juin 2014.

Les animaux domestiques ne sont pas admis.

Il n'y a pas de camping sur place.


Renseignements et inscriptions :

Diacre Vincent Tanazacq
Bera-Billaud, 11, rue Chevreul
94100 - Saint-Maur-des-Fossés
Tel : 01 41 81 43 43

 

A télécharger :

1 - conditions financières et bulletin d’inscription


Comme chaque année, le stage de chant s’est réuni à Saint-Antoine-l’Abbaye du 18 au 26 Août 2013. Les 16 participants, fidèles orthodoxes ou sympathisants, accompagnés par 6 animateurs et par la présence de Monseigneur Germain les premiers jours, ont œuvré à l’apprentissage des chants de Noël et de son temps.

Le stage s’intitulait « Le chant au service de la parole » : la base de l’enseignement étant une tradition orale, les participants ont appris les textes par cœur, aidés par les balancements du corps ; ils ont approfondi le texte, son articulation interne, son phrasé qui se doit d’être aussi fluide que le langage parlé ; ils ont enfin enrichi ce texte, d’abord par la mélodie, ensuite par l’harmonie donnée par les quatre voix, toujours retenues à l’oreille sans l’aide d’aucune partition.

Cette semaine priante et de partage a été rythmée par la célébration des offices (laudes, vêpres, liturgies), une mise en voix matinale progressive avant des travaux en petits groupes puis des répétitions avec les quatre voix ensemble. Des ateliers étaient également proposés, tels que « Comment trouver sa voix / voie ? », la célébration des petites heures, le service des lectures ou du clergé, ou l’approfondissement de chants tels que « Lumière Joyeuse ». Les fidèles ont également été nourris par une conférence de Monseigneur Germain sur le symbolisme du temple et de Bruno Houver et Père Jean-Louis sur le chant liturgique. Après l’audition de fin de stage, une petite fête a été donnée, l’occasion de se déguiser, d’interpréter des morceaux originaux ou humoristiques.  


Voici quelques photos de quelques moments de cette semaine :


Dans le même esprit que les stages des années passées (Le chant au service de la Parole), le stage de chant liturgique s'est déroulé à Saint-Antoine-l'Abbaye du 17 au 25 Août 2014. Le stage de chant a porté sur l'étude de l'ordinaire de la Divine Liturgie selon saint Germain de Paris.

Voici quelques photos de moments de cette semaine, ainsi qu'un extrait du concert de fin de stage et le témoignage d'une des participantes.

Variations vocales en 8 tons avec l’Eveil Choral Orthodoxe de France

Raconter en quelques notes ce stage ?

On pourrait en dire bien des choses en somme, en variant le ton, par exemple tenez1 :

Ton cosmique :

En Isère, entre montagne et vallée, pêchers et noyers, terre et ciel, soleil et lune …

Louez le Seigneur depuis les cieux, louez-le dans les hauteurs.

Ton pré- harmonique :

Se détendre dès potron minet avec frère Jean-Louis.

Assis sur le bord de la chaise, bouche ouverte, l’air entre, l’air sort.

Posture propice à l’humilité…

Nos doigts repèrent les mouvements concomittents au niveau de nos thorax et abdomen.

Nous baillons de concert à défaut de chanter encore.

Puis nous nous mettons en posture tonique.

De la conscience du souffle à l’écoute de nos harmoniques à la voûte, en passant par des

A-O-E-U-I.

Ton ludique et poétique :

De borborygmes en vocalises et exercices de diction avec sœur Marie-Séraphine.

On fait de la moto : brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

On roule les r : rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

On travaille sur notre diaphragme en vocalisant sur le dernier tube à la mode : Noho, noho, noho…

On fait la petite bouche, les index aux commissures des lèvres :

Un pou tout mou tout fou sur le cou du hibou.

Ton tuttique presqu’harmonique :

Les 7 commandements de frère Bruno :

Chanter en chœur et non chacun de son côté : se caler sur les consonnes… et sur le chef de chœur.

Attention au A disgracieux ou l’art de chanter gracieusement Amen.

Soigner nos Kyrie Eleison, léger sur le s et le n.

Attention à ne pas brailler Ad multos anos dans l’euphorie.

Attention à ne pas allonger la noire ou la blanche, ni appuyer certaines syllabes, ni accélérer puis ralentir.

Garder l’esprit du parlé.

Conserver l’énergie sur toute la phrase musicale.

Le maître mot de notre chef de chœur : légèreté. « On a tendance à en faire trop quand on chante. »

Toi plus vénérable que les chérubins, et incomparablement plus glorieuse que les séraphins, qui sans tâche enfantas Dieu le Verbe.

Ton liturgique

Laudes, Vêpres, Liturgie.

Naissance au ciel d’Etiennette jeudi matin.

Conférence de Monseigneur Germain sur la spiritualité aux Iles de Lérins aux 4ème et 5ème siècles. Morceaux choisis :

« La sensualité de la non vérité. »

« La grâce, ou le persil sur les pommes de terre. »

« Tout commence par la volonté divine. Tout s’achemine par la volonté humaine. Tout se termine par l’harmonie des deux. »

Les choeurs angéliques le précèdent, avec toutes les principautés, les puissances, les chérubins aux innombrables yeux et les séraphins aux six ailes, se voilant la face et chantant : Alléluia, alléluia, Alléluia.

Ton athlétique

C’est le temps des ateliers: le matin entraînement en registre, avec sœurs Josette et Sophie pour nous sopranos. L’après-midi, travail vocal avec Marie- Séraphine, sur un mode original : déambulation dans le jardin et vocalises avec un bouchon dans la bouche… Imaginez la scène et le rendu sonore avec :

Bienheureux les affligés car ils seront consolés.

Ton comique :

En sus du programme, travail intense des zygomatiques avec nos deux frères gaulois, Jacques Marie et Eric. Je n’avais pas ri ainsi depuis moultes années !

Et, pour clôturer, après notre concert du dimanche soir, le spectacle des 1001 talents orthodoxes, en compagnies des blondes à perruque…

Que lit Lili sous ce lilas-là ? Lili lit l’Iliade.

Ton post-harmonique

C’est le temps de l’après, chacun regagnant son chez soi aux quatre coins de la France et même jusqu’en Allemagne

De retour dans ma presqu’île, je me surprends à fredonner le livret vert tout au long de la journée, et me réveille en chantant …

Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux.

Et voilà un aperçu de ce stage, qui de nos voix en construisit l’harmonie.

A l’année prochaine !


Marie-Guyty Nouri



[1] Clin d’œil à Cyrano de Bergerac

Dans le même esprit que les stages des années passées (Le chant au service de la Parole), le stage de chant liturgique s'est déroulé du 18 au 25 Août 2016, à Nevers pour la première année. Le stage de chant a porté sur l'étude de quelques chants choisis au long de l'année liturgique dans la Divine Liturgie selon saint Germain de Paris.

Voici quelques photos de moments de cette semaine, qui s'est terminée par un concert puis une fête de fin de stage.

RAPPORT DE STAGE

Le chant au service de la parole
Stage de Nevers (18 au 26 août 2016)

Cette année nous avons changé de région et de saint lieu.

Saint Antoine se repose de nos chants et La Maison de Bernadette nous accueille en cet été. Le début est un peu froid et triste car, le jour de notre arrivée, il pleut, et sous la pluie tout parait sinistre, la ville provinciale éteinte, les locaux sans joie.

Arrivée la première sur place, je fais un petit tour en ville un brin déprimant sous la pluie, je remonte vers le lieu de stage et rencontre Bruno…bref échange de regards peu enthousiastes… bref, on commence l’installation et tous arrivent petit à petit.

Prise de contact avec la chapelle et sa belle sonorité. Les gens sont aimables. Une visite dans un premier temps interrogative à sainte Bernadette allongée dans sa châsse, et prière …l’ambiance est une attente.

Tout commence le lendemain après notre installation. Petits déjeuners débutent la journée. Travail en groupe de mise en voix, grande séance de détente et de bâillements, respirations et tonicité. Marie Séraphine excelle en douceur, grâce, humour et fermeté pour enseigner la méthode de Daïnouri, avec vocalises idoines, ouvertes aux harmoniques en cathédrale, sans oublier nos merveilleux lou-lou-lou légendaires.

Laudes : déjà dans le moule dès le premier jour, et cela n’aura de cesse de progresser au fil des jours. Pratique en petits groupes et tutti . Une écoute des uns et des autres va s’approfondir dans le temps et dans l’espace.

Suffisamment de salles pour répéter et l’espace du jardin en totalité, malgré le vent vif sur la terrasse. Un beau jardin végétal nous accueille. Le regroupement des voix fait que l’attention se porte aux autres en leurs registres différents, ténors mêlés aux sopranos et aux altos, sur des chants peu fréquents devenus vivants et vibrants.

Les ateliers de l’après midi :

  • - Psalmodie avec Josette, où quelques psaumes martyrs ont été tortillés dans tous les tons requis (tons 1, 2, 4,…) et tout un chacun put découvrir la fluidité de la psalmodie.                                                                                                                                                                    
  • - Sophie bâtissant l’ordo au secours des paroissiennes isolées et apprenant patiemment les principales antiennes de l’ordinaire et du temps.
  • - Marie Séraphine, accoucheuse de nos voix découvertes avec joie et émotion. 
  • - Bruno avec les basses et l’évêque Benoit les ténors, difficile gageure car beaucoup commencent un long périple de chantres…
  • - Les ateliers de lecture avec Vincent incluant quelques femmes de prêtres cette année.
  • - Le travail sur la liturgie, la gestuelle, l’intériorisation, les différentes séquences avec Bruno, l’évêque Benoit et Vincent et l’aide précieuse de père Henry-Marie.

Nous étions beaucoup dans la chapelle très occupée aussi par les prêtres du lieu. Aussi l’an prochain aurons-nous une salle dédiée en rez-de-jardin, qui sera installée à notre gré et convenance.

Outre les laudes, il y eut les liturgies et les vêpres qui scandèrent l’aboutissement de nos efforts tant volontaires qu’intérieurs dans l’écoute et le respect de l’autre.

Nous avons eu le bonheur de voir nos trois évêques sur le lieu : notre archevêque Germain, grand adepte de nos stages de chants, qui fit une conférence sur l’Église, mais resta seulement 3 jours ; notre évêque Benoît, un des piliers de notre Association Saint-Germain, participant sur tous les fronts,  notre évêque Cassien dont l’émerveillement en sa bonté à pratiquer notre liturgie nous a rempli le cœur de joie. Bruno a fait une conférence sur le diapason et l’ordo liturgique, débat déjà amorcé par Sophie en atelier.

Notre évêque Benoît nous a quitté au milieu du stage pour rendre dernier hommage à sa mère née au ciel, nous étions unis en prière.

Ce stage nous a recentrés dans l’intériorité. Nous allions avec interrogation vers Bernadette, pas très connue hormis les apparitions de Lourdes…. C’est visiblement elle qui est venue vers nous, et nous a pris dans sa joie et sa bonté, par la prière. Ce stage a été un grand moment de cohésion entre tous, d’ouverture à une meilleure compréhension des uns et des autres. Les problèmes se sont vécus en harmonie.

Les résidents de ce lieu ont apprécié notre joie et notre entente.

Seul bémol : la nourriture industrielle…et ça ne nourrit pas, même servie avec gentillesse et amour. Comment donc transformer les repas en plaisir ?

La fête a commencé par l’offrande de notre travail de chants liturgiques, appréciée de tous et surtout de Bruno, en partie (mais il l’a dit),  bonheur ! (c’est moi qui le dit).

Puis sketches, notamment des blondes ; et des clowns ont occupé la scène…parfois trop longtemps. Mais pourtant, finalement, joie et bonne humeur au tableau.

Nous avons eu tôt, tous les matins, un atelier clown animé par Denis, auquel Monseigneur Cassien a joyeusement participé.

Au total, nous avons en ce lieu déployé plus d’harmonie et d’harmoniques en intériorité, et sommes prêts à y retourner, la prière aidant…

Mention toute particulière de gratitude partagée avec le diacre Philippe qui nous a donné quelques clefs pour apprécier Nevers, en sa belle église romane  Saint-Étienne et en sa gastronomie…À suivre !

Josette Lava

Site fondé par Père Guy Barrandon († 15 Octobre 2011)